Ecrit par Donio.

--

Définition : Méthode de calcul qui permet d’alléger les formules et d’obtenir plus rapidement des résultats, malheureusement faux. Cette méthode est largement ignorée en physique où elle pourrait bien servir si elle fonctionnait (elle est malgré tout utilisée sans que personne ne s’en rende compte) et largement plus en mathématiques où on n’a jamais entendu parler d’elle.

Histoire : le calcul lyophilisé a été développé à leur insu par des générations consécutives de physiciens qui, devant des équations arides et des intégrales lourdes ont senti le besoin de les fausser un peu pour qu’elles deviennent résolubles. Notamment les calculs d’éléments négligeables, généralement notés « o » dans les équations, les embêtaient beaucoup, et leur semblaient peu intéressants à développer.
La lyophilisation de ces équation, ie la suppression de toute trace d’o, a permis une simplification radicale de bien des équations compliquées aux abords d’une limite difficile, et ont fait le bonheur des physiciens depuis plusieurs générations.
La découverte de ce procédé manuel aurait ensuite dû être suivie d 'une phase industrielle que nous allons vous décrire en espérant qu'elle inspire les chercheurs et que ceux ci se décident enfin à utiliser les pistes qui leur sont fournies depuis si longtemps.

Utilisation : Grâce au calcul lyophilisé, les résultats de mécanique des fluides coulent de source, l’aérodynamique ne se heurte plus à des murs, même soniques, et on ne s’embourbe plus dans les calculs de viscosité des matériaux. De manière générale on la retrouve partout où des équations lourdes et des effets de bords rendaient difficile le calcul mathématique brut, et où l’emploi de méthodes allégées en o.

Procédé : Le principe de la lyophilisation consisterait donc à enlever l'eau du calcul : on surgèlerait d'abord le calcul à une température qui devrait être comprise en -20°C et -80°C selon les moyens dont on disposerait. Le principe utilisé serait le suivant : lorsqu'on réchauffe de l'eau à l'état solide à très basse pression, l'eau se sublime, c’est-à-dire qu'elle passe directement de l'état solide à l'état gazeux. La vapeur d'eau quitterait alors le calcul et on la capturerait à l'aide d'un condenseur. Cette technique permettrait de donner l'illusion de conserver à la fois la complexité, l'aspect et les propriétés du calcul traité, et d'impressionner toujours autant les profanes. On rejoindrait en plus ici un grand principe esthétique qui veut que c'est en épurant une oeuvre qu'on la sublime, même si ici on appliquerait un peu ce principe à l'envers.
Ces méthodes sont ordinairement coûteuse, mais la plupart des calculs étant effectués sur ordinateur on doit pouvoir trouver des façons pratiques de réduire les coûts. Parmi les plus probables, le stockage d'un grand nombre de calculs sur un même ordinateur qu'on lyophiliserait ensuite, ou bien la virtualisation d'une méthode de lyophilisation sous forme de programme qu'on pourrait ensuite appliquer aux calculs le nécessitant, cette méthode ayant l'avantage d'être reproductible à grande échelle une fois mise en place et de ne nécessiter que peu de moyens après le lancement.