Ecrit par Faust

--

Bonjour et bienvenue dans le département d’adynata (appelé également impossibilia, à cause de son nom qui est en rapport avec les graminées d’Afrique Equatoriale. Enfin, tout le monde a compris le rapport).

En guise de prologue (et qui sera également mon préambule, bien que je ne néglige pas mon introduction), je voudrais vous parler d’une étude d’un de mes étudiants et que j’ai facilement phagocyté en signant mon nom sur le manuscrit. Il s’agit d’une étude facétieuse sur un problème qui risque de nous concerner tous, lorsque que le gouvernement du Nouveau Monde financé par le lobby des Fast Food votera les laxatifs interdits à la vente en 2039.

Observez tout ces braves gens, les dents serrés par un dîner trop gras et dont les intestins font grève. Combien de familles sont au bord du drame, l’épouse pleurant délaissée par de trop rares câlins, les enfants privés de l’affection d’un père, désormais isolé dans ses WC, souffrant le martyr, priant le Dieu de la Déjection (Deo Fuccas) qui ne vient pas (remplacez Deo Fuccas par Bouddha, Jesus ou Allah, ça marche aussi…).

Oui, Mesdames et Messieurs, le fléau de ce siècle n’est pas la politique internationale, ni la hausse du pétrole qui embêtent les pêcheurs de mérous, encore moins le fait que la première Dame de France est à la musique ce que la Reine d’Angleterre est à la mode.

Ce terrible fléau, c’est l’Aérophagie.

Bon nombre de médecins, psychothérapeutes ou tourneur-fraiseur se sont penchés sur la question : Comment améliorer notre RER A intestinal ?
A l’évidence, la nourriture ne pouvant être allégée, il ne nous reste que quelques choix, souvent farfelus.

1/ Le Pruneau d’Agen
Elle reste une solution nettement utilisée par les handicapés du trou du cul, mais depuis que Alain Veyret, maire de la communauté des Communes d’Agen a avoué avoir financé cette vaste campagne de publicité dans le seul but de relancer l’exploitation prunière de Marcel, son beau-frère, le doute s’est installé sur l’efficacité réelle (ce n’est pas ma préférée, de toute façon, moi les pruneaux, ça me fait chier).

2/ Les laxatifs
Comme cité dans mon introduction (préambule ou prologue), nous avons jusqu’en 2039 pour profiter de tout ce que le maquereau de la médecine nous propose. Ce n’est donc pas une solution envisageable. Il nous faut nous adapter rapidement. Cela vaut pour beaucoup d’autre chose comme la nourriture (le bœuf étant en voix de disparition, voir en fin de texte une liste sur les races de chiens comestibles). (1)

3/ La peine de mort
Oui et c’est là l’intitulé du travail de Christophe…euh de votre serviteur. Il (raah merde..) JE me suis inspiré d’un exemple tout con, un ouvrage sur la vie religieuse au 13e siècle d’Emile Mâle (un truc de détente en somme).

Un passage délectable sur la Mandragore m’a chatouillé le neurone. Cette plante légendaire naîtrait sous les gibets de potence. Les érudits (comprenez ceux qui ne travaillaient pas) se sont aperçus que les condamnés à mort par pendaison expulsaient toute leur matière fécale et leur sperme, et que ce tas d’étrons jaillissait la fleur de Mandragore.

Laissons de côté la Mandragore et observons ce qui vient d’être dit.

...

Edifiant non ?

Ainsi s’achève ma démonstration. Que je pourrais qualifier de conclusion, voire de fin si José (Garcia).

(1) Les chiens dont la chair est succulente sont : l’Affenpinscher, l’Airedale Terrier, l’Australian Kelpie et le phacochère.