Écrit par Monsanto

--

Le terme Orchopercussion vient du grec "orchis", qui sigNIfie "testicules" et "percussion", qui signifie "percussion". Non, c'est vrai, l'étymologie de "percussion", je m'en bas les couilles.

Ainsi, orchidée veut probablement dire Testicule en forme de dé. Mais attention aux faux amis, le mot orchestre ne veut pas dire "être couille" mais serait issu du grec Danser, puisqu' orchestre désignait apparemment à l'époque l'espace du théâtre des grecs où le "chœur" faisait ses évolutions.

De la danse aux percussions, il n'y a qu'un frétillant pas franchi tout de suite pour la suite de l'exposé.

L'orchopercussion en musique (attention au rythme) :

L'orchopercussion est un phénomène où la France du Ghetto est fort bien représentée :
de nombreux autistes du rap français se partagent des titres évocateurs comme "On s'en bat les couilles" ou encore le très direct "J'm'en bas les couilles."

Dans le haut du tableau d'orchopercussion vocale française on retrouve le fabuleux groupe TLF qui s'en bat les couilles trente quatre fois en quatre minutes dix-sept, suivi de très très près par Morsay, trente et une fois en trois minutes vingt-huit, devançant La Fouine qui lui, ne s'orchopercute vocalement que seulement vingt trois fois en quatre minutes et huit secondes (la honte).

Notons aussi un homonyme américain, direct import from Texas, nommé DJ Wak Da Sak (DJ -Jmanbalékouy).

Pour clore ce chapitre d'orchopercussion musicale et pour en dresser une liste exhaustive, il faut parler de l'album des sex bidochons "On s'en bat les couilles" (ici : http://www.deezer.com/#music/album/42820)


Méthodologie ou mise en pratique :

De nombreuses personnes, étonnement le plus souvent de sexe masculin (excepté Amanda Lear ¹), nous ont ouvertes les portes de leurs testicules, et ont bien voulu raconter leur chemin de vie personnel de l'orchopercussion.

a. Le tapotage : l'utilisateur donne de légères tapes sur ses Orches Attributs, par la gauche ou la droite selon la préférence de la personne , plusieurs fois, de plus en plus vite jusqu'à trouver un rythme balancier de croisière, il est ensuite possible d'enchaîner sur le mouvement suivant.

b. La danse : La personne écarte les jambes à environ un mètre d'écart l'une de l'autre. Ensuite, tout est dans le bassin : un mouvement évocateur de va-et-vient en avant, et c'est le paquet entier qui remue! Le maître de cette école est sans conteste Rowan Atkinson depuis cette scène mythique et tellement trop courte, dans le film Johnny English (ici : http://www.youtube.com/watch?v=puE9Rt-x_Aw)

c. Le Qui-veut-gagner-des-millions. Utilisation ponctuelle des jokers dans cette méthode. Le 50/50 : battre une seule couille. L'aide du public : peu recommandée, interdite dans de nombreux pays, consiste à faire une file indienne de Badauds, ils vous frappent vos Orches tour à tour. Il est conseillé de plutôt faire Appel à un ami, qui pourra au choix vous guider dans l'orchopraxie par téléphone, ou se déplacer jusqu'à votre domicile pour un Echange de Battage De Couilles.

d. La version la plus commune et ô combien française consiste à user de l'orchopercussion vocale : c'est à dire utiliser l'image des testicules flottants, sans pour autant mettre en action le phénomène.

e. Voici un jeu très instructif de mise en pratique:
http://www.thedoghouse.co.uk/interactive/wakthesak/default.asp

Les variantes :

Changer des mots dans l'expression "S'en battre les couilles" constitue une discipline à part entière, enregistrée en tant qu'association 1901 à but non lucrative, nommée Ouvroir d'Orchopercussion Potentielle (OuOrPo). Leur président tient à faire ces quelques précisions:

Le verbe Battre peut, pour mettre un peu de piquant dans le quotidien morne des utilisateurs, être remplacé par moultes autres, dont voici une liste non exhaustive : Cirer, Taper, Quicher, Tamponner, Secouer, Frapper.

Le mot couille est dans certains cercles sociaux remplacés par d'autres termes tels les Steaks, les Kiwis, les Roustons, les Glamiches et autres Coquillettes. Vous noterez cependant que l'usage d'un autre mot que Couille dénature l'interjection et lui fait perdre un peu de sa saveur.

Suite à un concours paru dans télé Z, voici les deux plus belles expressions envoyées par les lecteurs, sélectionnées par un jury de professionnels :

- Je m'en mouillette les glamiches dans de la gelée royale.

Devance légèrement dans les votes du public le désormais non moins célèbre :

- Je m'en quiche les bergougnoux.

Une constante évolution de l'orchopercussion : l'apport intellectuel des clous.

L'apport des clous dans l'expression de l'orchopercussion a un impact important. Ils induisent un renforcement de sens, et accentuent de façon dramatique le phénomène, ainsi que le prouve l'exemple ci dessous :

" Je m'en tape les couilles contre une planche à clous. " Nicolas S, à la sortie du salon de l'agriculture de Paris, 2008.

D'après une étude très sérieuse de l'Institut National des Sondages des Couilles Françaises, n'importe quel matériau ou objet peut être utilisé avec l'expression sus-citée : banane à clous, sac poubelle à clous, panier à clous, chaussette à clous, ainsi, l'on peut aisément dire "Je m'en tape les couilles avec un gnou à clous", il est probable que la société dans laquelle vous serez entrain de briller sera émerveillée par ce trait d'esprit à la fois fin, délicat, et tellement de bon goût.

L'apport des coucougnettes (pâtisseries)

Voici une recette trouvée dans un vieux grimoire avec ces merveilleuses gâteries :

200 grammes de coucougnettes de belle taille
Un batteur électrique
Du chocolat blanc
Trois plumes de corbeau

Émincer les plumes de corbeau avec les dents. Ajouter le chocolat blanc, qu'on aura au préalable fait fondre dans une marmite Belge. Incorporer les coucougnettes dites « de belle taille », grossièrement hachées au couteau. Battre le tout pendant six minutes. Verser la préparation dans un moule adéquat, réserver au frais.
Voilà, de magnifiques Coucougnettes Battues ! Et pour pas cher !

¹ Pardon.